Mission 14 : Une rumeur de plus en plus pressante

Depuis quelques jours, les pilotes des Tigres Volants profitent d’un répit bien mérité, à Rangoon. Les parties de golf s’enchaînent au Rangoon Country Club, tout comme les relaxations au bord de la piscine du Kokine Swimming Club. Parfois, quelques hommes conduisent des camions pour chercher des dockers à Rangoon, transporter des barils, du matériel radio, des munitions…

Un mercenaire a fait une virée un peu trop arrosée, il a accidenté sa jeep en reversant plusieurs Birmans. Bilan : un mort, deux blessés, une nuit en prison. Après cet incident, la tension est palpable. On a l’impression que n’importe quel Occidental peut se faire assassiner par les locaux, sans scrupules.

Pendant ce temps, le personnel au sol a construit plusieurs grands magasins et zones de stockage. Disons qu’il s’agit plus simplement de contrebande, que tous espèrent revendre en Chine. Les camions siglés « AVG » ne sont jamais contrôlés par les garde-frontières entre Birmanie et Chine.

Et puis, bien évidemment, les filles sont dans tous les esprits, en particulier les quelques Occidentales (souvent d’origine anglaise) encore présentes à Rangoon, et les Anglo-birmanes, les Anglo-indiennes, autrefois laissées au personnel au sol plutôt qu’aux pilotes. A tel point que les Britanniques dirent sans détour aux Tigres Volants :
« On n’en a rien à foutre que vous couchiez avec elles, mais bordel de Dieu, ne les amenez pas dans nos hôtels et restaurants ! »

Autour de Rangoon, la situation est toujours des plus délicates. Une nouvelle rumeur fait état de parachutages de soldats japonais à l’ouest de Rangoon. Cela fait rire les pilotes, qui disent que bientôt, un beau matin, ils verront des Japonais s’emparer de leurs Tomahawk, à Mingaladon. Les soldats britanniques sont à la merci de l’ennemi. La division indienne sensée contrer toute offensive japonaise est dotée de huit mille hommes, soit la moitié des effectifs théoriques.

L’aviation va devoir soutenir ces troupes positionnées de Rangoon à Toungoo. Plusieurs convois japonais sont signalés à proximité du front, là où une percée japonaise s’effectue, autour de K-7.

Disponibilités : 6 Blenheim Mk.IV, 6 P-40C et 4 Hurricane Mk.IIb (en théorie)

mis14.jpg

Rapport des pilotes

AV_Magik

Dispo et position: Dindon 4

Statut fin de mission: RTB

Revendications:

  • 1 Val arrosé aux mitrailleurs puis au canon de nez, ils s'éjectent
  • Les véhicules restant du convoi traité

Récit: Décollage serré et virage droite tout aussi serré. On regroupe très vite quand Shane décide de refaire en tour. Les Dindons à l'intérieur du virage voient arriver le leader qui a failli faire un joli strike dans 3 avions. On reprend nos esprits et on prend la nav. Je suis en formation sur Dindon 3 (Bigbang) loin sur la gauche du dispo.

Arrivé sur le point de rendez vous, l'escorte est engagée et nous repartons au 270 en circuit d'attente. 2 Val nous rejoignent et nous nous mettons en cercle défensif. Le premier se fait arroser sévèrement et se place devant moi. Je découvre le canon de nez du Bleinheim (j'étais persuadé qu'il n'en avait pas …) et je fais mouche. Je crois qu'il largue ses bombes avant qu'un collègue m'annonce qu'ils se sont éjectés.

On reprend la nav et on arrive enfin sur le pont, point de départ de la route que nous devons nettoyer. Je suis en 2 puis en 3 derrière Shane. Ils traitent un convoi, j'aborte ma passe car je n'ai rien vu. Je continue la nav jusqu'au village au nord. J'entreprends de checker la route qui mène au front nord-ouest, sans succès. Je reviens sur mes pas et je finis de traiter le convoi que nous avions déjà vu. Coup au but.

Et là deux mitrailleurs ont la courante, et j'ai une envie irrépressible de montrer moi aussi mon cul aux autochtones d'en dessous. Je me mets au 280 en cap retour direct et je passe en pilote automatique. Je reprends les commandes pas loin de la base et j'atterris tranquillement. Le reste des dindons suivait de près.

Av_Loul

Dispo et Position: Blehneim n°2 du dispo Dindon leadé par Shane

Statut fin de mission: RTB d'urgence sur le ventre sur l'aérodrome de Wanjiing en B7

Revendications:

  • Val arrosé avec les mitrailleurs

Récit Départ en formation serrée voire parfois trop (je ne sais pas ce que Shane a picolé hier soir au bar mais à mon avis faut qu'il arrête le whisky de la RAF..)A 10 Km du point de regroupement, la chasse annonce du gros temps et recommande une attente. On part au 270. J'annonce alors 4 contact en formation plus 2 autres hauts. c'est hostile ! Alors on commence le cirque pardon le cercle défensif . 10 minutes de tourni à se faire éplucher la carlingue et à riposter avec des fusil de chasse. Néanmoins un des blenheim touche sérieusement un assaillant, ce que n'a pas pu faire la chasse puisque elle n'est toujours pas là…Néanmoins, un hostile s'intercale dans le cercle et me^plombe sérieusement . Pas de blessés, je perds du pétrole, mais tiens comme c'est bizarre, la profondeur ne répond plus…Pas grave si il n'y a que ça….Je rattrape comme je peux le bestiau et annonce un RTB. Le seul moyen de monter ou descendre c'est les Volets! Super simple! Je lache les bombes sur la forêt et pousuis au 300. En approche de la première piste, mon mitrailleur me signale aussi que le train ne sort pas ! Ah aussi je me disais !J'annonce à l'équipage un posé sur le ventre. “t'es sur que tu as largué les prunneaux? ouais je crois et puis on verra ” je décide alors de prendre le taxyway, moteur et contact coupé, puis descente aux volets. A 5 m du sol je rentre tout et aprés une belle glissade nous voila posés.

AV_Peetch

Dispo et position: Tiger 4, 2pattes, Nyv, warpig

Statut fin de mission: RTB

Revendications:

  • Quelques rafales ici où là dans la première confrontation
  • 2 ou 3 véhicules (amis ;-)) flingués

Récit: décollage sans soucis et au point de regroupement avec les bombers je vois de multiples, mais alors vraiment multiples les contacts, sous 2 vagues successives (20 à 30 environ), je me fait aussitôt entouré de traçantes et manœuvres pour me dégager, je perds donc une fois de plus mes coéquipiers, vu le nombre d'ennemi en face, je décide une extension au 120 comme j'entends le préconisé 2 pattes dans la radio et file à toute bombe pour distancer les japs, pendant un moment ça sera encore de l'engagement et du dégagement (finalement assez solide ce P40), puis une fois que le ciel s'éclaircit on rejoint les bombers pour faire la mission, on repère quelques convois, je détruit quelques véhicules (qui s'avéreront être d'etre des potes à nous, ils ont du rigoler au pays du soleil levant), et on fait un RTB, je suis deco en finale au niveau du seuil de piste au moment ou j'étais en train de faire une petite purge de mes munitions en direction de la carlingue de l'avion de 2pattes, qu'il avait stationné au beau milieu de la piste

AV_Warpig

Dispo et position: Tiger 3 (2Pattes, Nyv, Warpig, Peetch)

Statut fin de mission: RTB

Revendications:

  • 1 Nate partagé avec 2Pattes en G6
  • 1 Val qui attaquait les Blenheim, partagé avec 2Pattes
  • 2 camions détruits

Récit: En fourbe que je suis, je fais une fois de plus mes yeux de cocker à 2Pattes pour qu'il prenne le lead des P-40. Faut me comprendre, je suis nul en nav' et être son numéro 3 a tendance à me porter bonheur. Devant la résistance du lascar, je double la mise avec des yeux de chaton sur le point d'être chloroformisé et il craque… Nyark !

Notre nav' se déroule sans histoire, nous sommes au point de rendez-vous en G6 pour attendre les Blenheim quand Peetch me signale des contacts dans nos 9 heures, vers l'est. Ah oui, tiens… Y en 4… Non, 8. Non… 16 ? NOOON ? Y en a encore derrière ?? Hélice au petit pas, régime de combat, je traverse le dispo ennemi, qui a de surcroît un avantage d'altitude sur nous. J'en compte une trentaine. On est mal !!! Impossible même d'imaginer les déranger : j'en ai quatre aux fesses. Un copain Tiger doit les faire me lâcher, mais quatre autres s'intéressent à moi. Je passe 5 bonnes grosses minutes à les balader quand 2Pattes vient à ma rescousse. Enfin, mes six sont clairs Le ciel aussi, tiens… A part ces deux Nate qui maintenant s'en prennent à mon leader. On s'en sort finalement, les rafales de 2Pattes associées aux miennes ayant raison du dernier. Aussitôt, nous tentons de regrouper sur les Blenheim, dont nous apprenons qu'ils sont également engagés.

Une fois les gros culs retrouvés, la bataille semble presque terminée. Seul Bigbang se dit engagé. En me fiant aux traçantes, je vais checker et vois un Val qui ne doute de rien attaquer le Blenheim. Je fais deux passes sur lui, en compagnie de 2Pattes. Ma seconde rafale le fait fumer noir et il part en spirale vers le sol. La nav' vers l'objectif peut reprendre…

Reste maintenant à essayer de repérer l'objectif au sol pour nous et les Blenheim. Les quatre premiers véhicules repérés s'avèrent être des carcasses. Peu de temps après, mon leader repère enfin les cibles et les signale au groupe de Shane. Une première passe de straffing pour moi aboutit à la destruction d'un camion, à la limite de la jungle. Une seconde passe, avec le même résultat, sera effectuée après le passage des Blenheim et avant le rtb.

Celui-ci sera marqué par le croûtage du P-40 de 2Pattes au milieu de la piste (la tournée, la tournée !), mais fort heureusement, tous les Tigers (et le Shark Gnou, qui nous a rejoint pour se sentir moins seul) se poseront sans difficulté sur la demi-piste disponible.

AV_2Pattes

Dispo et position: Tiger leader (n°2 Nyv, n°3 Warpig, n°4 Peetch)

Statut fin de mission: RTB (mais beurk, ok, je paye ma tournée !)

Revendications:

  • 1 Nate qui poursuivait Warpig cueilli dans sa ressource (hélice en croix)
  • 1 Val à qui j'arrache la profondeur d'une rafale, l'équipage s'éjecte
  • 1 Nate partagé avec Warpig en G6
  • 1 Val qui attaquait les Blenheim, partagé avec Warpig
  • 1 ou 2 camions détruits

Récit: Bon, sa sent la mission pépère ça: escorte de gros, en doublon avec les Hurri qui se chargent de l'escorte rapprochée, un peu de straffing de couvoi pour se détendre, et ptet quelques japs dans le ciel pour se faire des sousous. Décol de Kunming pour les P-40, on remonte la rivière en combat spread par paires en direction du point de rendez-vous. Sur place, on prend notre station à l'est du pont et faisant des reverses à 180°, les anglais sont (encore) en retard. Soudain: des contacts annoncés à l'est. Je regarde: a ah, 6, non 12, non, merde, merde, merde, sont bien 20 ou 30 ! J'ai juste le temps de prévenir les bombers de ne pas s'approcher que mon n°3 se fait engager. Il pique au 120 pour sauver sa peau. J'ordonne immédiatement à l'ensemble de mon flight de faire de même, on va bien réussir à se couvrir comme ça. J'ai bien 3 Japs qui se placent dans mes 6h, mais je suis hors de portée. Dans mes 10h, j'aperçois 3 jap derrière un contact isolé: Warpig. J'ouvre les gaz à fond et me rapproche d'eux. Ils dégagent vers le haut. Je dis à Warpig qu'il est clair et je monte derrière eux, cueillant le dernier d'une rafale qui stoppe net son moteur. On essaye de regrouper mais c'est pas de la tarte. J'arrose quelques Nate, règle avec Warpig le compte de l'un d'entre eux. Les bombers nous annoncent alors qu'ils sont au prise avec des Val (on aura tout vu). Les hurri ne répondant pas, je pense qu'ils se sont tous fait descendre. On appui pour venir aider les gros. Sur place, il y a effectivement un Val qui les embête. En fait a bien y regarder, y'en avait même 3. Nous les descendons rapidement.
Bon y'a pu qu'à commencer la vrai mission ! On part sur un 090, et je mène mon flight de P-40 au début de la route à suivre. On ouvre la voie, repérant les cibles pour les bombers. On localise effectivement un convoi qui se planque en bordure de route sous les arbres. Je lance mes P-40 sur une passe pour marquer la position. Les bombers larguent quelques oeufs. Mais ça bouge encore. Quelque minute plus tard, on refait une passe straffing dessus, et Magik vient coller ses derniers oeufs. On regroupe pour le retour, mais les bombers sont un peu dispersé, on découvre aussi que les hurri sont encore là (bravo pour l'escorte rapprochée !!). RTB sans histoire. Ah, j'oublais: soucieux du bien être de mes mécano qui se plaignent régulièrement du manque de travail sur mon appareil (à part réarmer, refueler, et peindre des drapeaux japonais, il n'ont pas grand chose à faire !), j'ai décidé de leur rendre le sourire en fauchant mon train et en flinguant mon hélice. La manoeuvre était délicate, mais un pilote de ma classe ne pouvait que réussir: magnifique beurk en plein milieu de la piste. J'aurais même la joie de voir le train de l'appareil de Warpig passer à 1m50 de ma verrière avant de m'écarter prudemment de mon apprareil en prévenant à la radio que celui qui me le bousille en l'accrochant aura à faire à moi …

Compte-rendu

Historiquement

Au-dessus du front de la Salouen, fleuve de Chine et de Birmanie, deuxième par sa longueur en Asie du sud-est, six Blenheim de la RAF se distinguaient dans le ciel de ce 21 février 1942, aux côtés de six Tomahawk. Tous allaient soutenir la Division indienne, quelque peu frileuse et démoralisée. Ils tombèrent nez à nez avec les Japonais, qui avaient exactement la même mission, de l’autre côté du front. Sauf que les avions à disque rouge étaient bien plus nombreux. Vingt-trois Ki-27 « Nate » escortaient une dizaine de bombardiers légers Ki-30 « Ann ». Jim Cross raconta :
« Ils furent derrière nous en une seconde. Partout le ciel semblait soudain empli de soleils oranges. Ils ne gardèrent aucune formation et arrivèrent comme un vol de moineaux. » Les Tigres Volants étaient plus bas que l’ennemi. Pour la première fois, ils durent piquer d’urgence sans tirer un seul coup. Quelques irréductibles tentèrent parfois avec succès de résister, au milieu « d’un million d’avions japonais ». Deux Nate leur furent crédités.
Aussitôt posés, les Adam & Eves durent repartir à la charge. Scramble avec les Blenheim ! On signalait une colonne japonaise de trois cents véhicules au nord de Kyaikto. La Division indienne semblait s’être retirée dans ce village, en embuscade. Pour une fois, l’ennemi avait tout fait pour être une grosse bonne cible de bombardement, et tout ce que Rangoon avait de disponible comme chasseurs et bombardiers fut envoyé dessus. Les Blenheim bombardèrent la zone, les Tomahawk et les Hurricane strafèrent avec énergie et efficacité les troupes, plus de cinquante camions étaient en feu à leur départ. Or la colonne attaquée se dirigeait vers le nord, sens opposé à celui des Japonais. Ils s’étaient acharnés sur la Division indienne, attaquée dans une étouffante chaleur par les Japonais dans la mâtinée, par la RAF et l’AVG dans l’après-midi. Cent soixante soldats furent tués sous le feu ami. Un carnage. Des ambulances remplies de blessés, en feu, des mules agonisantes, des hommes aux membres arrachés au bord de la route… Un chaos qui fut « vengé » par les Indiens en abattant un Hurricane du 28ème squadron au cours de l’attaque. Une bien maigre consolation, qui augurait mal l’avenir de la division.

les_autruches_en_campagne/les_campagnes/avg/mission14.txt · Dernière modification: 2009/02/10 00:34 par av_kasp
chimeric.de = chi`s home Creative Commons License Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0