Mission 16 : les Japonais arrivent !

La situation devient critique dans les environs de Rangoon ! Les Japonais se sont emparés de Moulmein il y a moins de deux jours, au bout d'une terrible retraite des troupes alliées, qui n'ont rien pu faire d'autre que fuir devant l'ennemi.

Ainsi, les chars nippons se situent désormais à moins de 25 miles de Mingaladon ! Autant dire qu'il est difficilement imaginables que les Hell's Angels et les quelques squadrons de la Royal Air Force vont rester sur place plus d'une semaine ou deux. La lutte pour sauver Rangoon continuera depuis d'autres aérodromes, si les Japonais continuent d'avancer !

Pour l'instant, l'ennemi est encore à distance raisonnable ! Tous les moyens doivent donc être mis en oeuvre pour le clouer sur place et le fragiliser ! Rappelez-vous, Rangoon est le port le plus important du pays, par lui transite toute l'aide à destination de la Birmanie et de la Chine !

Au programme : du strafing de convois japonais. Au nord de Moulmein se trouvent deux routes qui partent vers le nord. Vraisemblablement, le trafic routier doit être très intense sur ces axes, pour consolider l'avancée japonaise. Visez juste, visez bien !
Ne craignez pas le friendly fire, notre armée est en l'état actuel incapable de former la moindre colonne motorisée !

Disponibilités : 12 P-40C et 4 Hurricane Mk.IIb et 4 Buffalo Mk.I

mis16.jpg

Rapport des pilotes

AV_Magik

Dispo et position: P40 Blue 3 (leader Warpig)

Statut fin de mission: touché par notre DCA, ejecté à qq centaines de mètres de la base

Revendications:

  • que dalle

Récit: Je décolle l'esprit léger de celui qui va straffer des convois. Sur la nav, la tour nous ordonne d'aller intercepter un gros dispo ennemi en approche de la base par le 030. Merde pas de straff aujourd'hui. On file au 030 quand on aperçoit deux dispos, du genre 2×8. La mélée démarre immédiatement. Entre les tirs d'opportunité et les breaks d'urgence, pas vraiment le temps de réfléchir à une tactique. Je suis pris à partie par 7-8 Nate à la queue-leu-leu derrière moi mais je les distance en vitesse pure. Je m'éloigne cependant assez loin de la zone principale des combats. Gnou (encore) parvient à me dégager avec Partizan. Je reviens dans la mélée pour les aider.

Un bimoteur me prend à partie et là ça craint, car ces bestioles crachent énormément de plombs. Je réussis à me dégager car il m'overshoote. J'essaye de le suivre mais il est trop rapide. Je maintiens tout de même la pression sur lui. Dès que je le lache pour aller au 180 et rejoindre la base au dessus de laquelle s'est décalé le combat, il se remet dans mes 6 et m'arrose copieusement. Gnou et Partizan me drivent pour pouvoir le prendre en frontal. Le ballet à 4 continue jusqu'à la base. Gnou parvient à le descendre, son moteur fume noir puis brule. On rode encore dans la zone pour aller aider Bolger aux prises avec un autre bimoteur. Winchester, je ne peux rien faire pour l'aider. De toute façon il est juste devant moi un peu plus haut mais je n'arrive pas à lever le nez, je suis si lent que ça ? Je ne peux pas le baisser non plus. Ah merde. Je ne suis pas très haut, je préfère m'éjecter avant d'être plus bas. Une fois hors de l'avion, je vois que la DCA m'a arraché l'aileron droit …

Ils vont m'entendre …

AV_Nyv

Dispo et position: Red 3 (2pattes, Riri, Nyv, Gnou)

Statut fin de mission: KIA

Revendications: BF 110, moteur droit en flamme

Récit: Déco sans histoire, toutes dents dehors, prêt à manger du camion. Juste après avoir pris notre route à 6000 pieds, la tour nous demande de revenir sur Mingaladon, un raid jap semblent se diriger droit sur nous. Vertical base on grimpe 10,000 feets et on prends un 030 conformément aux instructions du sol, j'en profite pour donner du mou dans la formation inutile de se faire ceuillir tous les 4 par un Ki isolé.. 3 mins plus tard on tombe sur un véritable essaim de disques rouge! Les reds traversent, et je découpe au passage la dérive d'un petit Nate au prix de quelques frayeurs, c'est qu'on pourrait même lire leurs instruments d'ici! Même si ca ne le descends pas, il est fortement handicapé le bougre désormais!

2pattes annoncent qu'on est clair et nous fait partir en chandelle pour revenir droit dans la formation ennemie, qui est maintenant aux prises avec les autres groupes. Gnou, 2pattes et Warpig sont rapidement engagé, le temps de nettoyer les 6 du leader que j'apercois Le Gnou qui se paie du bon temps juste sous mon aile avec 5 ou 6 Nates aux fesses. Je plonge, tire dans le tas sans grande conviction histoire de leur faire lâcher prise, mais je perds mon ailier de vue après une ressource.

Le bon point c'est qu'elle m'a amené en bonne position derrière un truc avec 2 moteurs.. tiens on en a pas des comme ça. Je l'engage, rhoo mais c'est que ca tire vers l'arrière en plus.. 10 secondes plus tard son moteur droit prend feu.

J'entends de nouveau Gnou à la radio qui a encore son essaim de moustiques aux basques. Un mouvement attire mon oeil à 10h bas, là! Ce doit être Gnou! Je plonge et commence à essayer de le dégager Ki par Ki, abusant de Yoyos pour conserver un peu d'énergie. On m'annonce que j'en ai aussi aux fesses, un rapide coup d'oeil derrière me le confirme, 2 moucherons m'en veulent. Pas 36 solutions, si aucun de nous n'est rapidement dégagé je donne pas cher de notre peau.. J'entame une 3eme ou peut être 4eme passe sur les méchants, des traçantes, mon zincs fait un bond.. Hmm très moyen ça; un petit check up rapido, ça ça marche, ça aussi, ok j'ai perdu la profondeur, trop bas pour s'éjecter, pas grave.. Je me sors d'ici et l'attero ne sera qu'une formalité.. C'est sans compter sur mon petit copain qui grossit dans mon rétro, t'as flairé le coup facile hein… Black out.

AV_Partizan

Dispo et position: Poisse leader (Partizan, Vicking, Bigbang, Kasp)

Statut fin de mission: RTB, blessé et moteur endommagé.

Revendications: 1 chasseur endommagé, 1 détruit, 1 bimoteur partagé

Récit: Au volant de ma rolls des airs, je me dis que tout devrait marcher comme sur des roulettes. Ah ben… non en fait… ma radio fonctionne mal, ça commence bien, ce nom de groupe était prédestiné… Notre petit wing de 4 appareils prend l’air tranquillement, ça suit nickel derrière, on prend le cap du straff lorsque la tour nous demande le retour sur Mingaladon + une interception d’appareils au 030… Zut, je pensais avoir une promenade de santé… ça sent la castagne.

Encadrés par les P40 qui nous prennent de vitesse, la nuée de moustique nippons apparait au moment où la radio s’excite. La radio annonce du bimoteur… j’éloigne un peu notre dispo des premiers combats à la recherche de ces bombers mais je ne vois aucun gros cul. On amorce un 180 pour revenir sur la zone des combats, ça tombe bien, il y a 2 retardataires à disque rouge qui nous passent sous le nez. Belle proie pour le groupe, on attaque. Je vois Vick faire sa passe et puis je perds un peu le fil de ce qu’il se passe, trop d’appareil autour. J’entends kasp dans la mêlée, et je me fais surprendre. Un filet noir dans mon rétro. J’ai eu le temps d’arroser copieusement un de ces fils de p**e, puis j’e méloigne un peu mais je n’ai plus que des appareils ennemis autour de moi. Je suis heureusement assez haut au cas où mon moteur serrerait. En radada je vois des combats. Impossible de m’y engager, je n’ai déjà quasiment plus d’instruments. Une paire de citrons veut m’engager et c’est moi qui ai l’opportunité de tir. J’en mouche un sévèrement qui part en vrille, je le vois s’écraser et j’entends Gnou confirmer ma victoire. Chic, alors j’ai quand même quelques alliés dans ce coin de ciel faussement calme. Cela va nous permettre de libérer Magik d’un appareil peu courru sous ces latitudes. Enfin j’en vois un ! Ce sont des chasseurs bombardiers, beaucoup plus rapide que mon pauvre Hurri. Il n’y avait donc pas de vagues de bombardiers à intercepter. Les japs veulent vraiment détruire l’aviation alliée dans les airs. Seul contre 3 il a peu de chances de s’en sortir. Je réussi à le faire fumer sur une passe, hélas ce sera la dernière, je suis à court de mun’. Nous sommes proche de notre base en dur, et je retrouve à ce moment BigBang qui patrouille plus haut verticale installations. La DCA s’allume, je préviens les copains puis j’entame mon tour de piste.

Je me range rapidement au parking et vais assister depuis la tour au premier combat aérien de Bolger qui s’est enfin décidé à faire parler la poudre, il a choisi comme première proie un de ces dangereux frelons à 2 moteurs… Brave gars ! Puis le téléphone du messe sonne, « tea’s ready sir ! » oh ! So, nous verrons la suite des ces combats une prochaine fois.

AV_Bolger

Dispo et position: Blue 4 (leader Warpig, avec Ralf et Magik)

Statut fin de mission: RTB beurk

Revendications: BF 110, moteur gauche fume noir, et perd son aile après de multiples passages au-dessus de la base et de notre DCA

Récit: Je m'accroche tant bien que mal au dispo conduit par Warpig, après un petit stress d'après décollage, et une traversée de nuage qui m'a fait perdre du vue momentanément mes équipiers. Tout se passe assez bien en direction de l'objectif (je me demande quand même si nos alliés indiens ne vont pas avoir la mauvaise idée de nous refaire le coup de la semaine dernière). Ce serait ballot ! Je devrais être à gauche du leader. Je suis plutôt, comment dirais-je, dans ces 5 - 7 heures, à au moins 700 ou 800 mètres. Tant pis, au moins, je les vois, c'est déjà positif.

Lorsque la base annonce un changement de plan de vol pour aller s'occuper de multiples contacts venant de je ne sais où (j'espère que le chef de patrouille l'a noté, lui, c'est pour çà qu'il est chef !), je me dis que les prochaines minutes vont probablement être tendues. Mon cher avatar avec ces 14 sorties va-t-il s'en sortir encore sans casse ? C'est vrai que pour l'instant, il a plutôt le c*l bordé de nouilles. Peut-être qu'à force de jouer le lapin de ses petits camarades à l'entrainement, il a pu se constituer un stock de pattes de lapin dans son cockpit qui le met à l'abri pour la prochaine centaine d'années ?

Lorsque j'aperçois les premiers contacts au loin, ils paraissent plutôt nombreux. Après quelques secondes, tout ça me parait très confus, tant en l'air qu'à la radio. Ça chauffe pour quelques uns d'entre nous. Je suis moi-même engagé une fois par deux Nate, me semble-t-il. Je me dégage en piquant, puis repartant en ressource légère après quelques dizaines de secondes. Pas de visuel de bandits à proximité, je respire. Problème, plus personne à proximité pendant quelques minutes, ni amis, ni ennemis. Et ça se bat toujours ailleurs. Où suis-je ? Probablement en AS 20, assez proche de la ligne de front, mais loin de la mêlée. C'est alors que je revois des avions, et j'entends Warpig qui annonce être engagé à la radio. Je tombe par hasard sur un zinc que j'arrive à approcher assez pour éventuellement tenter une passe sur lui. Je vérifie si c'est bien un Jap, et… c'est un P40. Dommage. C'est mon leader, Warpig lui-même, qui a réussi à se débarrasser, je crois, des morbacs jaunes qui lui collaient aux fesses. Il me semble même en avoir vu un s'écraser dans les environs, au dessus d'une forêt. Est-ce mon chef bien-aimé qui lui a fait un sort ? J'annonce à Warpig que c'est moi dans ces six, je me dégage, et je le perds de vue de nouveau. Je décide alors de rentrer vers la base anglaise en dur au dessus de laquelle sont annoncés de multiples contact, dont des bimoteurs. Mais c'est qu'ils osent venir nous bombarder, les impudents ?

En route vers la base, je suis engagé par un bimoteur en frontale, dont les ailes sont presque à la verticale quand il me croise. Diable, ces Japs manient drôlement bien leurs gros veaux. Sauf que les copains plus observateurs annoncent bientôt que ce sont des BF 110, chasseurs bombardiers allemands plutôt vifs, parait-il. Que font-ils en Chine ? Je tente de le suivre après un virage de guerre cher à 2Pattes, mais impossible de le retrouver. En rentrant de nouveau vers la base, un autre bimoteur est annoncé à proximité de la base en dur, assez haut. Comme je suis moi aussi assez haut, je vais voir. Et je rattrape un autre BF 110 qui semble cercler gentiment à l'est de cette base. Qu'attend-il ? Moi ? ce serait trop beau. Ben oui, on dirait qu'il m'attend, tranquille Émile, à cercler et à me narguer. Je repense à ce que j'ai appris ces derniers temps, et j'essaie de l'appliquer : jamais dans les 6 d'un bimoteur, attaque par en dessous avec des yo-yo bas le cas échéant, ce que j'applique autant que possible. Sauf que ce BF 110, je n'arrive jamais à moins de 400 mètres de lui. Il va plus vite que moi. Après quelques tirs de trop loin, inefficaces, j'arrive deux fois à tirer à forte déflexion, en coupant son virage. Et sur l'une des deux, je lui mouche le moteur gauche, qui commence à fumer noir. Bon, patience, je vais bien finir par le descendre. Après une tentative de Bigbang, je crois, mieux placé que moi, mais qui se trouve Winchester, j'arrose encore quelques fois cet appareil, sans plus de succès, jusqu'à ce que je me retrouve moi aussi à sec de munitions, pour la première fois de cette campagne ! alors que je suis en position de tir. Merdum…

Tant pis, je rentre, et je laisse le BF 110 rentrer lui aussi. Sauf que ce fou furieux, très énervé par mes tentatives de le descendre, m'engage à son tour lors de mon repli stratégique. Il m'en veut, le bougre. Mais il ne m'aura pas, heureusement préservé par mes pattes de lapin. Après un circuit main gauche, et l'aide de Nyv au sol qui m'indique la piste en service, je m'aligne en finale, mais je rebondis durement sur mon premier contact au sol. Le deuxième rebond ne me permet pas de me stabiliser. Et c'est au troisième contact que mon P40 s'immobilise définitivement. Je ne crois pas si bien dire : je fauche le train, j'enlève une aile complète, et la moitié de la seconde, plus l'hélice pour le même prix. Les mécanos vont encore gueuler.

Alors que je regarde dans mon cocpkit ce qui reste en état avant de le quitter, mes gentils co-équipiers m'incitent à vivement quitter ce qui reste de mon avion, le BF 110 semblant vouloir straffer la base. Je ne me le fais pas dire deux fois, et je fonce vers le mess pour retrouver les potes. Et finalement, après encore plusieurs minutes de spectacle (sévèrement burné, le Jap, ou suicidaire, c'est selon), nous assistons à la fin du BF 110 à proximité de la base, l'aile gauche ayant cédée au niveau de son moteur en feu, que j'avais touché dix à quinze minutes plus tôt. Certaines mauvaises langues de mes camarades prétendent que la DCA a fini le travail que j'avais commencé.

Pff… ce ne sont que des jaloux et des mesquins. C'est MA victoire, à moi tout seul. Je l'ai laissé mijoter à petit feu, plutôt que l'exploser comme d'autres sauvages le font, c'est tout. À chacun sa technique !

AV_Warpig

Dispo et position: Blue leader (4 P-40 : Warpig, Ralf, Magik, Bolger)

Statut fin de mission: éjecté non loin de la base de la RAF

Revendications:

  • nada

Récit: Pas grand chose à raconter, cette fois… Une fois le changement de programme annoncé, on se met tous sur un cap 030 pour tenter d'apercevoir l'ennemi. Ce qui finit par arriver, fatalement. Mon groupe traverse une nuée de bandits (une quinzaine de Nate au moins, je dirais) et après une frontale pas franchement couronnée de succès, je me mets en chasse. Ca ne dure pas, puisque je suis rapidement engagé. D'ailleurs, j'ai perdu mon groupe et, pire, mon ailier. Du coup, je pense tout mon temps à rechercher des cibles devant et à donner des coups d'oeils derrière moi régulièrement. Ce qui me sauve la vie, puisque je suis sans cesse engagé et à part éviter les balles, je ne peux rien faire.

Ma seule opportunité de tir arrivera sur un Bf-110, après que je me suis écarté de la zone pour reprendre mon cible. Seulement voilà, je la loupe et aperçoit son ailier qui me mate la couenne d'un regard avide. Seul contre deux, je ne veux pas jouer au héros. Je fais donc route vers la base de la RAF, me fais une frayeur en voyant un zinc dans mes six (c'était Bigbang, qui a pu voir un P-40 breaker furieusement devant son nez). Je grimpe pour avoir une vue d'ensemble de la situation et… Un point en rapprochement, qui grossit… Merde, Rev'là mon 110 qui me prend dans mes trois quarts… Je pousse sur le manche mais trop tard : je vois les obus me foncer dessus. Mon moteur rend l'âme direct et mon projet de me poser en plané sur la base de la RAF est avorté par le constat amer de la destruction de ma commande de profondeur. Je quitte mon fidèle P-40 et assiste, du sol, à l'effroyable massacre de mes camarades…

AV_Gnou

Dispo et position: “Red 4” (leader 2pattes)

Statut fin de mission: RTB

Revendications: BF 110 achevé, partagé avec Partizan

Récit: Une mise en spread par Nyv, formation décidément des plus agréables.
Le convoi, carosse brandit pour nous rassurer au décollage, s'avère être une bien grosse Citrouille pleine de Pépins !!
Notre dispo s'éclate, la Force de l'habitude… Je me retrouve au-dessus de la Bouillie, en profite pour piquer sur un bi-moteur suspect. Chouette, du bombardier…! Merdeux, Objet Volant Mal-Identifié ?!!
A peine ma passe verticale effectuée que son copain m'overshoote dans une purée de gros calibre. Des Guêpes tropicales ???!

Bon, pas de connerie… Vitesse, vitesse et re-vitesse.
J'ai perdu tout contact avec mon groupe, je les entends à la radio mais impossible de localiser quoique ce soit dans ce Bordel Couvré. Magik s'annonce poursuivit par une meute de Nate en Furie (aux normes quoi). Elle est loin devant moi, difficle de la ratée. Je l'invite à faire un long demi-tour. Frontale dans leur 10h, ça va être bon ça !
Finalement, la frontale ne sera pas si “frontale” que ça, mais j'en épluche tout de même un au passage. Apparamment, ça n'a pas été très apprécié… Je me retrouve avec une bonne partie du troupeau aux sabots !
Réflexion ? Pas le temps. A chaque renversement j'ai droit à ma razade de plomb. Soulagement, mon leader de paire est dans les parages. La meute se tire la bourre, tout près… trop près (sont payés à la prime eux-aussi ??)
Je sers mon virage en mettant du pied pour essayer de jouer un peu dans le vertical. Boom ! Le cockpit s'éclaircit d'une lueur bienvenue… 2 de moins, au bas mot !! ^^
Nyv me libère des autres, aux prix de sa vie. Pas eut le temps de lui renvoyer l'ascenseur…

Je suis un poil plus haut, un SOS de Magik m'incline à ne pas redescendre. Je file sur un Gros aux trousses d'un P40. Partizan est de la partie et allumera le pauvre dans sa ressource comme un sapin de Noël… jusqu'au dernières bougies. Je prends le relais coupant l'intérieur de son virage, et l'achève… quasiment winchester à mon tour.
On se retrouve à 4, un autre 110 rôde autour de Partizan orné depuis un moment d'une belle guirlande grisâtre…
Prudent le bougre, il ne s'accroche pas suffisament pour le ferrer. Il semble nous préférer la base. Le coquin y retrouvera en fait son petit copain, se débattant avec Bolger dont les dents répandent un flot de salive tout autour de la piste !
Je me pose en dernier. Le Rôdeur salement plumé par Bolger cerclant toujours au-dessus de la base… plus pour longtemps ! ^^

AV_Vicking

Dispo et position: n°2 (Partizan, Vicking, Bigbang, Kasp)

Statut fin de mission: RTB, Parachuté sur notre base.

Revendications: 3 chasseur endommagé

Récit: En complément de Partizan, mon leader. En phase d'attaque, je colle au leader, mais un japonais s'intercale entre nous deux. Je le suis et l'arrose pour dégager Partizan. Malheureusement cela m'entraine en tournoyant et il est vite rejoint par un voir deux collègues. J'en distribue à ceux qui passent devant moi mais j'en reçois aussi. Ils sont rejoint par un bimoteur. Je prends un cap base mais ils me suivent sur plusieurs kilomètres et bloquent ma profondeur. A quelques bornes de l'arrivée, ils me lâchent pour aller jouer ailleurs. Je me met en vertical base et saute pendant que celle ci est attaquée. J'atterris sur le toit des sanitaires féminins. Oups!

AV_Kasp

Dispo et position: Hurricane n°4 (Partizan, Vicking, Bigbang, Kasp)

Statut fin de mission: posé en campagne, à 10km de la base de la RAF.

Revendications:

  • Un bimoteur sérieusement endommagé (deux moteurs avec fumée noire)

Récit: Dès que l'on s'approche de la mêlée dans lequel se trouve le groupe de 2Pattes, on plonge vers la nuée de contacts. Je perd de suite tout lien avec mes compagnons de route et quelques précieuses minutes à trouver une cible adéquate. Au bout d'un certain temps, je croise des bimoteurs japonais.
Il y en a quatre je crois, ce qui fait beaucoup pour un seul homme. Mais dans le fouillis des combats, les chances de s'en tirer sont là ! Après quelques manoeuvres, je parviens à décocher plusieurs rafales sur un bimoteur, qui commence à sérieusement fumer. Je l'abandonne alors qu'il est en léger piqué, car ses collègues deviennent plus pressant !
Dans le même temps, j'entend à la radio que la plupart des pilotes se rapprochent de la base. Me voilà condamné à m'isoler, sauf si je prend le cap vers les aérodromes. Je décide de retourner vers Mingaladon, sauf que les bimoteurs japonais ne sont pas du même avis ! Pendant dix longues minutes, j'essaye tant bien que mal d'éviter les rafales ennemies. Cela fonctionne, jusqu'à un certain point. Des balles finissent par percuter ma carlingue, l'avion commence à réagir un peu moins rapidement ! Quelques secondes de plus, et voilà qu'une rafale atteint le moteur en plein coeur ! Hélice en croix, ni une ni deux, je plonge vers le sol, histoire de trouver un endroit où se poser. La base est en vue, mais elle est trop loin, et sous moi ne se trouvent que des centaines d'arbres guère accueillant. Au bout d'une ou deux minutes, mon Hurricane mal en point réussit à rejoindre une plaine plus clémente au posé. Je serre plusieurs fois les fesses en voyant les bimoteurs débouler dans mon rétro, mais ils me laissent relativement tranquille. Je me pose sur le ventre et je sors calmement du cockpit. En voyant les énormes trous dans la carlingue, je sens une vague d'angoisse glacée remonter lentement des jambes vers la colonne vertébrale et mon cerveau. Il était moins deux…

Compte-rendu

Historiquement

La bataille pour la supériorité aérienne était d'actualité, en ce 25 février 1942. Le procédé était simple : les Japonais envoyaient un sweep de 23 Ki-27 du 77ème Sentai, 21 Ki-27 du 50ème Sentai, et 3 Shoki, à proximité de Rangoon, afin d'attirer les alliés dans les cieux.
Les Adam & Eves décollèrent au nombre de six, à 10h30, avec la sirène. Ils faillirent manquer l'interception, à cause de la fumée très dense se dégageant de Rangoon en proie aux incendies, et également à cause de la brume matinale. Ils rencontrèrent tellement d'ennemis qu'ils purent s'en tirer sans grande difficulté. Ils revendiquèrent quatre chasseurs japonais, mais il faut ajouter que la RAF envoya également des avions en l'air pour épauler les Tigres Volants.
Les Japonais, eux, racontèrent après l'attaque avoir rencontré pas moins d'une vingtaine d'avions alliés (il est sûr qu'il y en avait au moins deux fois moins), et qu'ils en avaient abattu 16 !
Un peu plus tard, alors que les P-40 se dirigeaient vers la maison, ils rencontrèrent quelques Blenheim autour de Mingaladon, qu'ils escortèrent jusqu'à Moulmein, où les bombardiers larguèrent leur charge sur les docks.
Mais la journée n'était pas finie ! A 16h, la sirène retentit à travers toute la base de Mingaladon ! Une nouvelle formation japonaise était en approche, une douzaine de bimoteurs accompagnée par un peu plus d'une trentaine de chasseurs. Ces derniers étaient les mêmes que ceux qui étaient déjà venu se montrer la matinée. Dans le ciel, un combat presque routinier s'engagea entre chasseurs, tandis qu'au sol, les bombes nippones tombèrent, non pas sur Rangoon, mais sur Mingaladon.
Une quarantaine de bombes quadrilla le terrain, détruisant dans les nombreuses déflagrations un Lysander, endommageant cinq Blenheim et causant la mort d'un sergent-pilote australien. Le rythme des incursions japonaises devenait difficilement supportable au fil des semaines…

les_autruches_en_campagne/les_campagnes/avg/mission16.txt · Dernière modification: 2009/02/10 00:37 par av_kasp
chimeric.de = chi`s home Creative Commons License Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0