Mission 18 : strafing de l'aube

A Toungoo, la situation est moins critique qu'à Rangoon, mais elle reste malgré tout plus que délicate. A tout instant, une brèche peut s'ouvrir sur le front, et il n'y aurait dès lors plus grand chose à opposer à l'avancée nippone. La division indienne est totalement acculée et arrive tout juste à tenir sa position, pour le moment.

Avec la fraîche, entre 5h et 6h du matin (il devrait encore faire nuit), les pilotes de l'AVG décolleront pour strafer des embarcations sur une rivière à proximité du village de Sitsegon (L-6), avant de traiter un aérodrome japonais (en A-3), qui semble être opérationnel depuis peu. Si des convois ou autres objectifs sont aperçus en territoire ennemis, qu'ils n'hésitent pas à les attaquer !

Disponibilités : 16 P-40C

mis18.jpg

Deux objectifs à l'ordre du jour : des barques et autres péniches ravitaillant sans doute les troupes japonaises près du front, ainsi qu'un aérodrome situé au milieu de la jungle.

Rapport des pilotes

AV_Magik

Dispo et position: Titanic 4 (6 P40, leader Warpig)

Statut fin de mission: Crash, dead.

Revendications:

  • Des trous dans des petits bateaux
  • Des trous dans des petits navions

Récit: Décollage sans soucis et navigation un peu agitée à cause d'une DCA agressive et dense. On a un petit port sur nos 9h et on commence nos passes sur les axes 170-350, perpendiculairement au fleuve. Première passe : je reste derrière Nyv et on effectue notre passe sans problème. La DCA est très très costaud, ils ont une sulfateuse impressionnante. Warpig le leader y passe. Deuxième passe : On est à plat avec Nyv, lui à droite moi à gauche. Je le vois s'exploser sur un bateau juste sur ma droite tandis qu'un autre P40 nous passe sous les moustaches en suivant le fleuve. Je continue sur ma lancée et on s'aperçoit vite qu'il ne reste que Bed, Vicking et moi. On décide de décrocher et de rejoindre Aberdeen pour aider sur la base ennemie. Vicking ne parviendra pas à nous rejoindre donc on continue tous les deux avec Bed. Les pertes s'égrènent chez les Moustiques et lorsqu'on arrive, on doit être 4 ou 5 à tout casser sur zone. On effectue des passes sur un groupement de 3+1 avions avec Bed. Sur la deuxième passe, lors de ma ressource, je perds toutes mes commandes. J'essaye de m'éjecter immédiatement mais il est déjà trop tard…

AV_Warpig

Dispo et position: Titanic leader 2 (Warpig, 2Pattes, Nyv, Magik, Bed, Vicking)

Statut fin de mission: Ejecté en J-4, au-dessus du village de Sunnan

Revendications:

  • un ou plusieurs véhicules sur la berge de la rivière

Récit: Aïe aïe aïe aïe aïe aïe ! Comment je vais expliquer ça au Colonel, moi ? 12 P-40 au départ, 2 qui rentrent. Et pour ce qui est des pilotes, tous n'ont pas eu ma chance. Enfin, ma “chance”… Celle de pouvoir s'éjecter en territoire ami et d'attendre les secours au milieu d'un village miteux où on me regarde d'un drôle d'air… Si on peut appeler ça de la chance.

Bon, je prends pas souvent le lead, mais quand je le fais, ça tourne au mémorable ! Les deux groupes de 6 se dirigent vers L-6 pour y straffer les embarcations. On se fait asticoter par des sites de dca dans les villages, mais ceci excepté, tout allait encore bien. Un de mes ailiers repère les bateaux et me le signale. J'ordonne de passer petit pas, le groupe “Moustique” de Partizan étant chargé de la couverture haute pendant notre attaque. J'ai la rivière en vue, ok, je vois des bateaux et… Je ne vois plus rien… Le ciel s'illumine de traçante, il y a au moins deux bateaux de dca, plus des pièces sur la berge. Impossible de distinguer quoi que ce soit, alors je lâche une rafale bien large sur la berge. Des explosions, sans doute des véhicules. J'ordonne la poursuite sur le cap d'attaque, tba et attend d'être sûr que tout mon groupe a effectué sa passe. Là, je demande d'effectuer une demi boucle et de faire une seconde passe. Mais… Où est mon groupe ? Je ne vois plus que 2Pattes avec moi… Tant pis, on y va ! Les traçantes redoublent, prennent la direction de mon avion et, pas le temps de tirer que PANG ! Verrière pleine d'huile, fuite d'essence… J'avorte ma passe et effectue un demi-tour pour faire le point sur les dégâts. Pas bon : le moteur couine, je dois rentrer. Je refile donc le lead à 2Pattes. Ce dernier, je l'entend à la radio, sera à son tour descendu par la dca. Put* de m** ! Je préférais les mitrailleurs des Sally !

Sur mon trajet de retour, je réalise rapidement que j'aurais du mal à rallier la base. Je regarde ma carte… Je suis encore en territoire ennemi. Ca couine de plus en plus… J'essaie de rallier le territoire ami, mais sans m'écarter du fleuve, seul endroit où j'ai une chance d'être récupéré. Avec soulagement, je vois l'île en J-5 passer sous mon ventre. Je suis sur la ligne de front ! Je m'enfonce un peu plus dans les lignes alliées, histoire d'assurer le coup… Mais je suis manche au ventre pour tenir mon P-40 à l'horizontale. Coup d'oeil… Y a un village, une clairière, mais je n'y vois plus rien. Je privilégie l'éjection à une tentative de posé en catastrophe : Y a un peu trop d'arbres dans le coin à mon goût, même dans les clairières. A 1000 pieds, je m'extrais de mon appareil après avoir annoncé ma position à la radio.

AV_Vicking

Dispo et position: Titanic 6 (6 P40, leader Warpig)

Statut fin de mission: Omelette norvégienne.

Revendications:

  1. Un pilote de jonque par crise cardiaque.
  2. P'i un autre qui à plongé mais coté rive.

Récit: En fermant la marche des Titanic's boys nous entamons la passe sur les rafiots, puis radada, enfin Warpig annonce demi-boucle pour y retourner, ben vi, mais dans quel sens il l'a veut sa boucle en plein dans un banc de nuages??? Bon ben ce sera sur la droite…mais.. tiens, ya plus personne!!
Ha si tiens, des lueurs de DCA, la bagarre est donc par là! Banzai en radada le long du fleuve. Je m'aligne, épluche une jonque mais vois des traçantes venant de ma gauche, chouette des copains sur la même cible.., Coucou, copains de moi!!! bon j'évite leurs tirs et dégage la zone.
Ultérieurement je rejoins quelques survivants en direction de la deuxième cible mais les paume à nouveau dans les nuages. Isolé, j'annonçe un RTB. Arrivé le premier sur notre base. Pfiou, pas facile à voir cette bougresse de piste dans la brume et la lumière du matin. Je prends les lumières de fin de piste pour le début et manque de me poser dans la verte, refais un tour et plonge vers le début de piste cette fois. Trop de précipitation, décrochage sur l'aile à 100m sol, impardonnable et Plaf. Nominé aux Darwin's Awards.

AV_Nyv

Dispo et position: Titanic 3 (Warpig, 2Pattes, Nyv, Magik, Bed, Vicking)

Statut fin de mission: P40 + Jonque = KIA

Revendications: Une jonque, 2 mats, un cable.

Récit: Une attaque au sol au programme ce matin. Objectif ? des bateaux.. sur l'eau les ptits bateaux ca va de soit. Et accessoirement un nouvel aérodrome récemment sorti de la jungle. Warpig nous emmène gracieusement en territoire ennemi, quand le groupe repère les péniches à 3h.

Aussi sec, on passe à l'attaque sur un axe N-S. De la DCA s'allume au passage de la première paire, mais ne nous arrête pas pour autant. On allume ce qu'on peu et repli direct. Après les 30 secondes réglementaires, on effectue une boucle pour revenir faire une 2eme passe au plus vite.

C'est à partir de ce moment que ça se gâte. Apercevant un truc avec les ailes “carrées” dans mon rétro, je dégage en chandelle gauche histoire de vérifier. Ce n'est “que” Magik qui me suit fidèlement, Ouf. Ayant perdu de précieuses secondes, on se retrouve 800 mètres derrière Warpig et 2pattes qui commence déjà leur seconde passe. Warpig est touché et doit rompre le combat.

On débute alors notre passe, Magik toujours dans mon aile (Chapeau!); quand j'apercois un p40 qui remonte le lit du fleuve pour mieux assaisonner le tout d'une traite. Woh, c'est moi d'abord alors bouge ta brouette l'américain! Tiens mais il est pas mal cette axe d'approche! Couvert pas les arbres, ya juste à suivre le fleuve.. La prochaine on la fais par là. Ok allez hop, on dégage et on revient par l'ouest.

C'était sans compter sur le plus vieux gag du monde. Les japonais avaient en effet vicieusement tendu une corde entre 2 poteaux, dans l'espoir improbable de faire tomber quelqu'un de son avion, au cas où on aurait l'idée de passer la tête dehors… Et devinez qui c'est qui qui s'est fait avoir?!

Compte-rendu

Le mot du Colonel

Je dirais simplement, qu'à la vue du taux de retour de mes chers pilotes, une personne lambda aurait l'impression que jamais un Tigre Volant ne s'était entraîné à l'attaque au sol. La guerre ne se mène pas qu'en l'air, elle se mène aussi au sol. Et arrêtez de siroter ces Martini, au fond !!

Historiquement

Le 23 mars 1942, le temps était particulièrement humide et brumeux. A 4h du matin, les pilotes furent réveillés par un garçon chinois. Après un petit-déjeuner copieux, ils se dirigèrent vers leurs avions. Décollage à 5h45, nuit noire au-dessus de la Birmanie. Ils volèrent aux instruments jusque vers 7h du matin, quand ils atteignirent Chiang Mai. A la recherche de cibles au sol, les pilotes décidèrent d'attaquer la gare centrale, avec une étonnante discipline. Un peu plus d'une dizaine de mercenaires continuèrent alors leur chemin, s'en prenant aux terrains d'aviation japonais du secteur. Trois aérodromes furent attaqués en tout, la plupart en deux passes. Aucun avion japonais n'eut le temps de décoller. Nombre d'entre eux furent cloués au sol par de violents incendies. Bob Neale estima que sur les quarante avions basés sur un des terrains, une vingtaine étaient détruit à son départ. Dans le même temps, la DCA était particulièrement virulente. Huit ou neuf nids de mitrailleuses furent comptabilisés par Bob Neale sur un aérodrome, et il alla jusqu'à dire qu'il n'avait jamais vu de flak aussi virulente auparavant. Plusieurs Tomahawk furent abattus.
A l'issue de cette attaque, la victoire pouvait se lire sur tous les visages. L'AVG avait porté un sacré coup à l'ennemi en cette journée ! Autour de plusieurs verres, les pilotes fêtèrent dûment leur sortie. Dans le New York Times du lendemain, on pouvait lire : “les pilotes américains de Birmanie pulvérisent quarante avions”. Le Colonel préféra compter une quinzaine d'avions nippons détruits. Il était sans doute plus raisonnable.

les_autruches_en_campagne/les_campagnes/avg/mission18.txt · Dernière modification: 2009/02/10 00:37 par av_kasp
chimeric.de = chi`s home Creative Commons License Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0