Mission 25 : la dernière mission de l'AVG

« Mon travail au sein de l’AVG a été la plus belle expérience de ma vie. Peu d’individus ont un jour cette opportunité de faire les choses qu’ils veulent faire et d’être au service d’une cause aussi grande dans le même temps… Malgré une mauvaise santé qui se maintint jusqu’en mars, j’ai continué à travailler de longues heures durant et n’ai pas eu de vacances. A l’instant présent, je suis dans une excellente forme, mais un peu fatigué mentalement. »
C’est un extrait d’une lettre qu’écrivit Chennault à l’intention de Madame Chiang.

Le samedi 4 juillet 1942, jour de fête aux Etats-Unis en mémoire de la déclaration d’indépendance de 1776, les Sally japonais ont bombardé le terrain des Tigres Volants avant l’aube, en guise de feu d’artifice.

Quelques heures plus tard, l’AVG va s’activer une dernière fois. Cinq B-25 accompagnés par quatre Kittyhawk iront bombarder une raffinerie dispersée au cœur du village de Thazi (K-4, pavé 7). Attention, les bâtiments sont assez éparpillés et camouflés. Autrement, quatre Kittyhawk iront rejoindre quatre Tomahawk déjà en l’air à 18000ft au-dessus de Toungoo. Les Tomahawk patrouilleront une dizaine de minutes sur place le temps que tout le monde décolle, avant de se diriger avec les P-40 E vers la route de Birmanie ( H-7, H-8 ), pour en interdire l’accès à tout convoi japonais.

Disponibilités : 5 B-25 C, 4 H-81 A-2 et 8 P-40 E

mis25.jpg

Tous les avions décollent de Toungoo.

Rapport des pilotes

AV_Nyv

Dispo et position: Colibri 4(Riri, Bolger, Warpig, Nyv)

Statut fin de mission: RTB

Revendications:

  • Ki 27 Nate vaporisé sur toungoo TBA
  • Ki 27 Nate Plouf dans le lac au sud est de notre base A9
  • Ki 27 Nate fuyard 3, pilote s'éjecte, avion encore en l'air à l'est de Toungoo à l'heure où j'écris ces lignes
  • Ki 27 Nate fuyard leader, sévèrement endommagé, marqué gris, semble prendre cap retour (090 depuis A9)

Récit: 1+2, personne devant? “Si Warpig..”.. contact! Et hop je laisse chauffer, on doit retrouver les B 25 qui décollent de Kyedaw dans 3 mins.. Ca sent la mission peinarde.

“Leader check radio”, “2 prêt, 3 prêt, 4..” , ” Ok on y v… Mais qu'est ce que??!!” Soudain nous sommes entourés d'explosion. Un rapide coup d'oeil vers le ciel confirme le passage de 8 bimoteurs à moins de 4000 pieds! On part alors sur les chapeaux de roues aux trouses des assaillants, ils vont pas s'en tirer comme ça.. On arrive bientôt au contact, mais Riri est aussitôt mis hors de combat par les mitrailleurs fous. “Une seconde.. ok ca fait 4, plus 4 par là.. Et l'escorte?? Nom d'une pipe, ils sont au dessus.. Break Break!”

Nous voilà tombé dans un piège mortel.. Au ras des paquerettes, une dizaine de Ki aux trousses, sans véritable solution de repli. J'allume les Ki au fur et à mesure que j'en croise, on se débat comme des dingues pour s'en sortir. Les japs réussissent à m'allumer, et je perds le contrôle d'hélice: Voilà qui va considérablement limiter les options.. Par deux fois Warpig parvient à se mettre dans les 6 de mes poursuivants, et en abats successivement 2 qui vont se planter illico dans le sol.

Je repère un proie isolée, et la prends en chasse tba. Il ne tardera pas à exploser au raz du toit des chaumières. Ca commence à se tasser, Bolger sévèrement touché doit désengager et parvient à se poser sur notre base. Malheureusement les Japs ne l'oublieront pas et le strafferont jusqu'à ce qu'il évacue son appareil.

La mélée s'est déplacée verticale base, il reste encore du monde. La FLAK est potientellement énervée. Je repère une autre cible au sud ouest, et lui envoie une bonne volée de plomb; Il finira sa course dans un petit lac. Un Ki tente de prendre la fuite par le sud ouest, sur un 200 et le prends en chasse. Warpig faisant le point sur la situation, je m'apercois très vite que l'on a regroupé malgré nous. Je reste en 3eme position pour mieux regarder mon leader envoyer notre ami rejoindre le plancher des vaches.

3 Ki semblent vouloir décrocher à leur tour. Je me lance à leur poursuite et les rejoins bientôt. Le n°3 s'éjecte rapidement sans demander son reste, le n°2 plonge et warpig saute dessus; je touche sévèrement leur leader (marqué gris) qui se barre sur un 090; on ne le reverras plus.

Bolger nous apprends alors qu'il se fait straffer méthodiquement par 2 bandits. Nous revenons sur la base et entrons dans la danse. Warpig dégomme le 1er dans une ressource, quant au 2nd.. Il ne voudra jamais se laisser descendre, malgré des passages répétés en ciseaux devant mon colli et mes mitrailleuses. Ne s'en sortant pas, Warpig me demande de sortir de ces ciseaux improvisés. Je m'éxécute et par la même occasion lui offre le bandits sur un plateau. Il me dégage rapidement mais ne peut le descendre et pour cause: Winchester! Je reprends derrière, presse la détente, une petite rafale sort alors de mes mitrailleuses puis plus rien.. Rahh plus de munitions non plus. Je tente de l'éperonner sans succès et le ramène finalement verticale base où la DCA le forcera à se poser…en plein milieu de notre parking!

Oulalala bouge pas toi, on a 2 mots à te dire! En finale je peut déjà apercevoir Bolger en train de s'expliquer avec les MP et notre nouvel ami straffeur.

Les B25 ne sont pas en reste, et après avoir traité l'objectif, ils commencent à rentrer. Quand la tour me prévient de leur arrivée imminente, je reprends l'air pour acceuillir nos valeureux bombardiers. Quelle fut ma surprise en ne trouvant que notre Vicking, bien amoché! Je l'escorte jusqu'à Kyedaw puis retourne me poser sur Toungoo.

AV_Warpig

Dispo et position: Nessie 3 (Riri, Bolger, Warpig, Nyv)

Statut fin de mission: RTB

Revendications:

  • 1 Nate qui poursuivait Nyv tba, un aileron saute et boum le sol
  • 1 Nate, copain du premier, qui poursuivait Nyv aussi, une rafale dans le cockpit et boum le sol (et la ptite hutte aussi, désolé Madame !)
  • 1 Nate sévèrement endommagé qui fuit le combat vers l'est
  • 1 Nate marqué blanc qui se crashe au sol
  • 1 Nate endommagé (celui qui virevoltait de partout) avec Nyv, finalement contraint par la dca à se poser près de la base, “invité à prendre le thé” à l'issue des combats

Récit: Merci pour ton debrief, Nyv, le lire m'a permis de regrouper un peu les souvenirs un peu confus que j'avais de cette mémorable mêlée ! Bon, eh ben bis repetita : notre groupe d'escorte n'a même pas le temps de décoller qu'à nouveau, les Japs font irruption sur notre base. Et que ça pète de partout, les bombes fusent, les Sally, 1000 mètres plus haut, nous narguent ! Riri nous fait décoller à leur poursuite mais notre leader sous-estime la précision des mitrailleurs nippons. C'est avec un moteur en carafe qu'il dégage et me laisse le lead du groupe. Tu parles d'un cadeau ! Si encore ça c'était résumé à punir ces vilains gros culs jaunes d'avoir largué leurs oeufs sur notre base, je dis pas… Mais non : il a bien fallu se rendre à l'évidence et tenter de sauver notre peau face à leur escorte qui nous est tombée dessus…

Croyez-moi, les mecs, échapper aux moustiques à 50 mètres du sol, en effectuant des ciseaux défensifs avec un P-40, c'est du sport ! Nyv peut en témoigner, lui qui a traîné un joli fan club dans son sillage… Moi, forcément, j'ai tout fait pour les en décoller. Non sans un peu de réussite, d'ailleurs, puisque deux d'entre eux ont mordu la poussière, tout concentrés qu'ils étaient à vouloir massacrer mon ailier ! De quoi respirer un peu et laisser à Nyv l'opportunité de faire parler la poudre, ce qu'il sait faire, le bougre. Les Nate tombent, tombent, mais on ne pavoise pas pour autant. Pas le temps : faut breaker, tirer, mater ses six, éviter un palmier, une cabane, tenter de reprendre un peu de vitesse… Le cockpit inondé de sueur, je dis aux B-25 que le ciel est encore loin d'être clair et de ne pas nous attendre. Au mieux, on sera winchester et d'une aide très relative, au pire, on sera des festins pours asticots…

Alors que Bolger, endommagé, n'a d'autre choix que de poser son appareil sous le feu ennemi, voilà une autre paire Nate qui s'approche. Je cible l'ailier, fais feu… Marqué blanc, le Jap' pique vers le sol et s'y écrase. Là, un autre qui poursuit encore Nyv… Ouais, mon gars, pars en ressource, je t'en prie ! Blam ! Une fumée blanche, un gros trou dans le fuselage, et la voix réjouie de Nyv qui m'annonce que l'enfoiré s'éjecte… On commence à y voir plus clair… En fait… Un seul Nate nous titille. Mais celui là, ce n'est pas un manche… Il s'en prend à Nyv, qui va pouvoir écrire un bouquin sur l'art de manoeuvrer un P-40 à très très basse vitesse dans le plan défensif ! Malheureusement, pas d'opportunité de tir. Ou plutôt, quelques unes, mais rares… Sur l'une d'elle, je touche, mais sans être décisif. Nyv y va de ses cartouches, mais nous nous retrouvons tous les deux winchester derrière cette crapule. Alors que je tente de décourage Nyv, fou de rage, de découper le Nate avec son hélice, la divine justice intervient enfin : le Jap voit son moteur coupé, vraisemblablement par un tir de dca, avant de se poser à une centaine de mètres de la piste. Cool… Je n'ai plus qu'à me poser avec Nyv et on va pouvoir aller discuter avec notre invité !

AV_Bolger

Dispo et position: Nessie 2 (et pas Colibri, Nyv, où es-tu allé chercher ce nom ridicule ?)

Statut fin de mission: RTB prématurément, avec de l'huile plein le pare-brise, et un moteur bien abîmé.

Revendications: F…k, f…k, f…k damnés Japs.

Récit: Tout a déjà été presque raconté par Warpig et Nyv. À part que pour une fois que je parviens à suivre mon leader Riri dès le décollage, et dans sa préparation d'attaque de quatre Sally, je le vois se faire toucher salement par un mitrailleur tireur d'élite, après avoir probablement mal évalué l'angle de progression des gros culs à pois rouges. Bigre, si Riri se fait toucher, le petit Bolger risque d'y laisser aussi des plumes. Donc, repli stratégique au dessus de la base, pour essayer de filer un coup de main à Nyv et Warpig engagés dans des dogs furieux.

Je me retrouve au milieu du merdier, et je suis rapidement touché par un méchant, sans avoir pu faire mieux que de servir de lapin aux faces de citron. Enfin, positivons : les balles qu'ils utilisent pour moi seront perdues pour mes équipiers. Bref, je suis touché assez sévèrement, avec une jolie fuite d'huile qui se vaporise délicatement sur mon pare-brise. Et en écoutant le bruit mélodieux du moteur qui couine de plus en plus, je pressens que je ne vais pas pouvoir continuer mes graciles évolutions aériennes bien longtemps.

J'indique à Nyv et Warpig que je tente de me poser en urgence, tant que mon moteur tourne encore. Et bien sûr, avec un Jap aux fesses, qui tente de finir le travail alors que j'ai déjà baissé mon train d'atterrissage. Pas très sport, le gars, sur ce coup là ; et heureusement pour moi, pas très précis non plus dans son attaque. Je parviens à me poser sans casse (comme quoi, je réussis mieux mes atterrissages avec des avions endommagés, allez comprendre…) et à ranger mon avion en dehors de notre piste. De là, je regarde le combat qui se poursuit au dessus de notre base quand deux nippons font une passe de straffing sur moi. Quelques trous de plus dans ma carlingue, mais rien de grave. Je les vois passer TBA juste dans mon collimateur, un peu tard. Bougez pas, mes petits, et revenez-y. Je m'occupe de votre cas à la prochaine passe, z'allez voir ce que c'est qu'un Bolger énervé quand il n'évolue plus que dans deux dimensions, et avec toutes ses mitrailleuses. Et ça ne manque pas. Nouvelle passe de straffing sur moi, mais… les fourbes sortent sur mes dix heures, au lieu de midi. Impossible de leur balancer la moindre rafale. C'est pas du jeu, çà, les gars.:?

Bon, mon petit Bolger, est-ce bien raisonnable d'attendre une troisième passe dans ton joli P40, qui risque d'être un peu plus précise encore, alors que l'équipe restée au sol à prévu pour notre dernière mission un barbecue géant ce soir ? Dois-je encore tenter ma chance ? Après mûre réflexion de quelques secondes, et en voyant revenir les deux Japs pour une troisième passe, je décide finalement de quitter le navire. Faut pas trop jouer non plus à la roulette russe, j'en connais certains qui ont perdu beaucoup (leur vie entre autre). J'assiste alors à la fin du combat de la tour de contrôle, et j'entend Warpig et Nyv indiquer gentiment aux B25 :

“Pas de soucis les gars, nous avons débarrassé les environs des Japs. Mais, euh… comment dire… à propos de votre escorte de 4 P-40. Bon, soyez forts : ben… il n'y a plus d'escorte : deux sont rentrés très prématurément, et les deux autres sont Winchester. En résumé, donc, ben… vous êtes seuls entre vous. Dieu vous garde, parce que nous, nous ne pourrons pas.”

Déjà que Nyv voulait descendre le dernier Jap en le découpant avec son hélice, le Colonel l'a gentiment prié de se poser très vite, en arrêtant ses conneries, comme s'il n'y avait pas eu assez de casse aujourd'hui. L'a le sang chaud, le gars.

Nous entendons alors à la radio les B25 répondre : “No problem, boys, nous sommes assez grands pour nous débrouiller seuls”.

Ce qu'ils feront plus ou moins brillamment : plutôt plus sur leur attaque de la ville et des réserves de carburant japonaises, et plutôt moins sur le retour, après avoir perdu en route pas mal de monde durement touché soit par la DCA du village, soit ensuite par des chasseurs japs en maraude. P't-être que l'escorte prévue à l'origine aurait pu servir, finalement.

Nous apprenons finalement avec grande peine que Loul s'est écrasé lors de son attaque TBA de la ville, puis que GNou s'est tué en tentant un atterrissage de fortune dans une minuscule clairière au milieu de la forêt, sur le retour vers Toungoo, avec un moteur en flamme, puis plus de moteur du tout. Encore un vétéran qui y laisse sa peau. Foutue guerre quand même.:(

Le barbecue risque de se transformer en soupe à la grimace…

AV_Vicking

Dispo et position: euh..chais pu mais n°2 en B-25

Statut fin de mission: RTB amoché, trou dans l'aile.

Revendications: des réservoirs, pi un nate par mitrailleur en collaboration avec Kasp.

Récit: Je vais pas en rajouter au départ épique mais nous les gros comprenons rapidement que today on se passera de l'escorte.

Après un vol aller sans problème mais dispersés, oui je sais j'en suis en grande partie l'auteur, nous repérons la cible. Le leader donne ses ordres et nous plongeons.

Je largue mes œufs entre les réservoirs 3 et 6 de la raffinerie mais il semble que le souffle écaille aussi la peinture des bâtiments aux alentours; des dommages collatéraux ki z'appelle çà! Pff!

Bon il semblerais que mon largage habituel à 15m sol endommage la peinture du B-25 aussi, paske là, tout de suite les haubans de l'aile sont plus aérés. Pi même qu'un réservoir se met à fuir lâchement profitant de la confusion.

Bon, je dégage à l'abri de la DCA et cercle au dessus de la rivière à l'ouest. Je suis vite rejoins par Kasp qui a fini de jouer aussi.

Nous sommes pris à parti par la chasse et après quelques minutes de cercle défensif, nous prenons un RTB, étant à priori les seuls encore valides pour rentrer du carnage.

Nos moustiques agressifs nous suivent pendant un long moment nous engageant alternativement. La coopération entre nos mitrailleurs semblent être la bonne solution car au moins un poursuivant est touché sévèrement et ils nous lâchent.

De retour sur notre base grâce au radio-compas,nous nous posons pêpére; avec un train cassé pour ma part..

Compte-rendu

Le mot du Colonel

Décidément, le dernier acte de l'existence de l'AVG ressemble de plus en plus à une tragédie digne de la Grèce antique. Gnou, notre récent chef d'escadrille, a disparu aux commandes de son B-25, en voulant le poser sur le ventre dans une clairière, au beau milieu de la jungle. En panne sèche à cause des rudes coups encaissés durant l'attaque d'une raffinerie japonaise, il n'aura réussi à garder le contrôle de son appareil lors d'une tentative d'atterrissage extrêmement risquée. Nos pensées vont à sa famille, à ses proches.

Historiquement

Aux premières lueurs du 4 juillet 1942, deux P-40 arrivaient au-dessus de Hengyang, à 13000ft, les pilotes ayant passé la nuit à quelques miles de là. Ils tombèrent sur une douzaine de chasseurs nippons ! Des Nate ! Au même moment, les Panda Bears arrivaient sur zone, à 18000ft, quittant leur secteur de patrouille. Un court combat s’engagea avec les Japonais, qui s’avéra sanglant pour eux : quatre revendications furent à l’ordre du jour pour les mercenaires.

les_autruches_en_campagne/les_campagnes/avg/mission25.txt · Dernière modification: 2009/02/18 14:59 par av_vicking
chimeric.de = chi`s home Creative Commons License Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0